Ceci est le tout premier tract fait par le Collectif Non-Binaire. Il a été distribué deux années de suite (2016 et 2017), à l'Existrans et aux marches des fiertés de Paris. Attention, aujourd'hui, il n'est plus d'actualité et a été remplacé par notre version 2018 puis 2019 (très similaires). Cette dernière version a été signée par l'association Ædelphes Caen et Rennes.

Nous attirons notamment votre attention sur le fait que la deuxième revendication a changé en 2018 (nous ne demandons plus une 3e option à l'état civil mais bel et bien la suppression complète de la mention de sexe). Consultez le tract actuel pour plus d'informations.

Recto
Verso

Texte :

RECTO

C’est quoi la non-binarité ?

Qu’est-ce que le genre ?
Le genre est une identité sociale. C’est le fait de se sentir homme, femme, une combinaison des deux ou aucun des deux. Ce n’est pas la même chose que les organes génitaux, les hormones ou les chromosomes car le genre est une notion construite socialement.

Qu’est-ce qu’une personne non-binaire ?
C’est une personne qui n’est ni exclusivement homme, ni exclusivement femme.

> Il existe un spectre de variation entre femme et homme où l’on peut avoir :
    • un genre partiellement femme, situé sur le spectre féminin ;
    • un genre partiellement homme, situé sur le spectre masculin ;
    • un genre qui est une combinaison de homme et de femme : les deux à la fois      (bigenre) ou un mélange des deux (androgyne).
> Certaines personnes ont des genres qui sont en dehors de ce spectre homme-femme : ce sont des genres ni homme, ni femme, ni une combinaison des deux. Ces genres sont comme ce que la couleur jaune est au bleu et au rouge.
> Certaines personnes ont un genre neutre (neutrois).
> Certaines personnes n’ont pas de genre (agenre).
> Certaines personnes ont un genre qui varie dans le temps et/ou selon les situations (genres fluides).
> Enfin, certaines personnes ont plusieurs genres (multigenres ou polygenres).

La non-binarité est-elle une forme de transidentité ?
Par définition oui, car les personnes non-binaires ne sont pas exclusivement du genre qui leur a été assigné à la naissance.

Quels pronoms les personnes non-binaires utilisent-elles ?
Elles peuvent utiliser « il » ou « elle » ou de néo-pronoms tels que « iel », « ol » ou « al ».

Le saviez-vous ?
Notre système de genre binaire homme/femme n’est pas universel. En effet, il a existé et existe encore aujourd’hui des cultures qui reconnaissent plus que deux genres.

Vous voulez en savoir plus ?
L’information est à portée de clic !

Chaînes YouTube : Princ(ess)e – LGBT
H Paradoxæ
Blog : http://lavieenqueer.wordpress.com/

À l'occasion de la marche des fiertés/de l'Existrans, il est plus que jamais l'occasion de rappeler la diversité des identités trans. Les revendications non-binaires font partie des revendications trans et toutes les personnes LGBT+ doivent être solidaires des revendications non-binaires. Nos genres ne sont pas une opinion !

VERSO

Nos revendications

  • La suppression de la mention de sexe à l’état civil, à terme.
  • Une troisième option accessible via un changement d’état civil libre et gratuit tant que la mention de sexe persistera.
  • Le respect des droits des personnes intersexes et trans, y compris non-binaires, en milieu carcéral.
  • Le financement de recherche sur la santé des personnes intersexes et trans, y compris non-binaires.
  • La prise en compte de l’extrême fragilité des personnes intersexes et trans, y compris non-binaires, dans les demandes de régularisation et d’asile.
  • L’accès à toute forme de transition hormonale et/ou chirurgicale de façon dépsychiatrisée.
  • La formation et sensibilisation des professionnel-le-s dans les domaines de la santé, de l’administration, de l’éducation, dans les foyers d’accueil de mineur-e-s, jeunes travailleur-se-s, migrant-e-s, etc.
  • L’accès à la PMA et le respect des droits des parents intersexe et trans, y compris non-binaires.
  • La reconnaissance de formes neutres et inclusives du français, comme par exemple le pronom « iel ».
  • L’abandon des lois contre le travail du sexe précarisant et mettant en danger les personnes intersexes et trans, y compris non-binaires, concernées.
  • La prise en compte des personnes intersexes et trans, y compris non-binaires, dans les statistiques (agressions, viols, harcèlement de rue, violences conjugales…)
  • L’accès à des lieux non-genrées partout (toilettes neutres, vestiaires neutres, etc.)
  • La possibilité pour les athlètes de concourir dans des équipes/catégories qui respectent leur identité de genre.
  • Des lois consistantes contre les discriminations basées sur le genre et l’expression de genre.
  • La fin de l’invisibilisation de notre existence.

    Nous demandons tous simplement le respect de nos personnes, quel que soit notre genre !

Note : le logo du CNB (ancien logo) a été ajouté sur la version jpg du tract a posteriori en 2018 puisque ce logo n'existait pas encore en 2016 et en 2017.

Le cortège non-binaire à l'Existrans 2016 avec la banderole "mon genre est non-binaire".